Le Festival Marial, session d’été

du 21 au 26 août 2018

Magnifique veillée du Festival Marial, une belle soirée en session d'été

Le Festival Marial, session d’été pour les petits et les grands

L’édition 2017 a été une immense joie pour plus de 500 participants. Enseignements, louange, messes, veillées, détente, balades en montagne, avec un programme spécial pour les enfants et ados par tranche d’âge et de grands intervenants évêques, prêtres ou laïcs.

Retrouvez tous les enseignements sur clé USB à commander sur notre site ou téléchargez directement certains titres.

Pourquoi un Festival Marial

Notre-Dame du Laus, sanctuaire perché dans les Alpes du sud,où Marie est apparue pendant 54 ans à la bergère Benoîte Rencurel, promet des parfums délicieux : balades en montagne, beauté des lieux, simplicité et vie spirituelle qui s’écoule comme une évidence : un mystère à découvrir et à partager.

Pour la 4ème année au Laus en 2018, le Festival élit à nouveau domicile dans ce bel endroit très adapté à ses activités et à sa taille : humaine et familiale.

Une session d’été dans la joie et la détente

Depuis 10 ans, des milliers de personnes, des communautés, des grands témoins viennent au Festival Marial de tous horizons : Marie réunit ses enfants dans la diversité et l’unité. Catéchèses, louange et rosaire, le Festival vous propose l’expérience festive d’une rencontre profonde avec Dieu par Marie.

Les merveilles du Festival 2017

Témoignages des festivaliers

« J’ai reçu la grâce d’avoir vu et entendu mes 3 petits enfants dire : « on revient l’an prochain » avec le chapelet autour du cou. Ils ont raconté : « la vidéo [présentée par les jeunes lors de la dernière veillée] ne marchait pas, on a prié 15 minutes, et ça a marché. C’est génial, avec la prière, ça marche ! » »

« Les chants, musiques et paroles, nous conduisent à Jésus, au Père et à l’Esprit Saint sans effort de notre part. On baigne de suite dans la miséricorde divine. »

« Merci de choisir Notre-Dame du Laus, les festivaliers sont unanimes pour ce lieu. »

« Merci à Marie pour toutes les grâces (le « million » de grâces) obtenues pendant ce festival à Notre-Dame du Laus. »

« Pendant ce Festival, j’ai reçu tout particulièrement Marie ma mère, au pied de la croix. »

« Par ce temps de Festival, j’ai été encouragée et restimulée à approfondir ma relation à Dieu dans l’Esprit et par un temps dédié et choisi dans mes journées. »

« Grâce aux rencontres avec les uns et les autres, à table ou ailleurs, nous avons été prophètes les uns pour les autres et reçu des signes de l’Esprit. »

« Nous avons particulièrement apprécié les apéro-concerts. »

« J’ai beaucoup aimé l’atelier expression par le chant et le dynamisme de notre animatrice. »

« Oui, la Vierge m’attendait bien au Laus cette année. Apparue il y a bien longtemps à Benoîte, elle m’y attendait particulièrement et personnellement. J’ai pu goûter sa grande douceur et son extrême délicatesse. Elle a murmuré tout son amour à mon cœur chiffonné par le péché et la douleur et l’a consolé. Sans me brusquer, en bonne pédagogue, elle m’a expliqué, réexpliqué et préparée à réaliser combien Dieu m’aime. Les grands changements prennent le plus souvent du temps.Tout le monde ne s’appelle pas Paul. Il m’a donc fallu 3 ans de festival pour vivre pleinement ces dons d’amour. »

« J’ai eu la grâce de vivre une belle confession, pleine de tendresse, avec un évêque qui m’a prêté son propre mouchoir pour sécher mes larmes. Par son intermédiaire, le Christ lui-même prenait sur lui mon fardeau. J’ai compris à quel point le Seigneur souffrait de mes manques d’amour, de mes absences. Oh oui, quand on aime, combien l’être aimé nous manque… J’ai saisis l’importance de confessions fréquentes. Celles qui sont occasionnelles sont plus générales. On oublie malheureusement le mal que l’on fait et on ne prend pas la pleine conscience de comment on peut blesser Dieu et son prochain. »

« J’ai aussi reçu en cadeau la prière du chapelet, portée par la ferveur de l’assemblée. Mon cœur est encore brûlant quand je pris depuis mon retour. Mon chapelet n’a pas quitté mon poignet et j’ai un grand désir maintenant de le prier souvent. »

« J’ai redécouvert le précieux échange avec Dieu au cours de l’adoration, présence concrète de Dieu qui permet une conversation privilégiée et des regards de véritable amour. Quant à l’Eucharistie, le Christ m’a donné une profonde faim de Lui, faim de cette intimité qui comble l’être entier.
Cette faim, c’est la faim de son Amour immense et inépuisable qui nous attend de toute éternité. Me reviennent les paroles de ce chant qui m’a bercée pendant le festival. De toute éternité « Tu rêvais du jour où Tu pourrais m’aimer », « Tu rêvais du jour où je pourrais T’aimer ». Cet été, pour moi, le rêve de Dieu s’est accompli. J’ai été saisie par les battements de nos cœurs. »

« J’ai reçu plusieurs grâces, en particulier celle de m’être vu indiqué dans l’oraison le principal talent que le Seigneur souhaite que je développe »

« Je faisais un rosaire quotidien par besoin et j’ai compris aujourd’hui sa fécondité et sa nécessité »

« J’ai rencontré notre mère Marie, profondément, dans mon cœur. J’ai compris l’importance du Rosaire ».

« J’ai vécu un moment pour lequel aucun qualificatif n’est à la mesure: une nuit, un défilé d’anges m’a visitée. »

« Le Festival a été pour moi extraordinaire, j’ai reçu la paix dans mes soucis ».